Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

QUIMPER

En 1875, le peintre Alfred Beau s’associe à la faïencerie Porquier. Alfred Beau est le premier artiste à donner un souffle créatif aux faïences de Quimper. Durant sa collaboration avec Porquier, de 1875 à 1894, il crée des décors somptueux : la série botanique dite à bord jaune (environ 122 modèles différents recensés), les scènes bretonnes (environ 225 modèles) et les scènes des légendes (sept modèles) ainsi que des vues de paysages bretons (environ vingt modèles). Théophile Deyrolle, le fondateur de l’école de peinture de Concarneau, dessine quelques pièces et les manufactures HB et Henriot éditent des pièces inspirées des dessins d’Olivier Perrin. Mathurin Méheut collabore longtemps avec la faïencerie Henriot et y réalise entre autres les services La Mer et La Galette en 1925. Il réalise en 1952 la décoration de la façade de la faïencerie6. Sa compagne, Jeanne Levêque, travailla pour Émile Tessier à Malicorne avant d’ouvrir son propre atelier. Yvonne Jean-Haffen crée de nombreux sujets régionalistes pour Henriot. Giovanni Léonardi (1876-1956), peintre céramiste sicilien travaille chez HB avant et au début de la guerre, il y fait la connaissance de Jos Le Corre qui passera ensuite chez Keraluc. Jim Sévellec se rend célèbre par sa production de groupes en faïence. Son talent graphique en fait un caricaturiste adroit de la vie et des mœurs de la région. Plus de deux cents de ses créations seront éditées à Quimper. René Quillivic sera également conseiller artistique pour La Grande Maison. L’apport des créateurs à Quimper La collaboration des manufactures quimpéroises et des artistes va s’amplifier tout au long du xxe siècle, plus de deux cent soixante artistes sont édités. Si, pour certains, la participation est épisodique, d’autres s’investissent à long terme. Dès la fin de la Première Guerre mondiale, HB innove en proposant des décors en relief inspirés des dentelles et broderies des costumes bigoudens : Le Décor Broderie. Ces motifs sont composés d’une porcelaine semi-liquide déposée à l’aide d’une poire. Ces motifs en relief seront également utilisés par Keraluc. D’autres artistes participent à ce renouveau de la faïence quimpéroise : Jean Lachaud, Berthe Savigny, Marius Giot, François Bazin, Charles Maillard, Louis-Henri Nicot, René-Yves Creston et Jeanne Malivel, Georges Géo-Fourrier, Robert Micheau-Vernez… Certains comme Paul Fouillen créeront même leur propre faïencerie après avoir collaboré avec les manufactures HB, puis Henriot. Des artistes contemporains poursuivent aujourd’hui cette tradition : Sophie Darley, Olivier Lapicque, Patrice Cudennec, Izabel, Franck Léon, Paul Moal, Jean Lemonnier, Yvain, Xavier Krebs, Pierre Toulhoat, Jos Le Corre, René Quéré, André L’Helguen, Michel Costiou. RETOUR SUR LES ARTISTES
  • Par période: L’entre-deux guerres
  • Par ordre alphabétique: Q