Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Jolain Mado

1921 -2019

Formée à l’Ecole des arts décoratifs de Paris, Mado Jolain suit également les cours de l’atelier de La Grande Chaumière où elle rencontre son mari, le peintre René Legrand. Rapidement, elle produit une ligne de boutons qu’elle cuit dans un atelier de la rue d’Alesia. En 1946, Mado Jolain et René Legrand se marient, ils s’installent à Montrouge et lancent une production de céramiques utilitaires. René tourne les premières pièces que décore Mado Jolain. Celles-ci sont simples, sobres, un peu naïves et inspirées par l’art populaire en vogue à l’époque.

Très vite, Mado Jolain trouve son style tout en rondeur mais avec un je-ne-sais-quoi d’élégance, de raffinement et de chic parisien. Les lignes sont souples mais le tournage leur donne une tenue et une vigueur intrinsèque forte.

Ses décors sont devenus emblématiques : sur un émail doux, à peine satiné, souvent blanc crémeux, elle peint de légères plages abstraites décalées par rapport à la forme, et dans des couleurs douces de jaune, de gris ou de bleu intense et quelques touches de rouge. Un autre type de décor est moucheté, noir ou gris sur fond blanc ou jaune, jamais uniforme et souvent progressif. Et parfois, des lignes gravées font irruption, ou bien sont employées seules, en spirales verticales ou horizontales. Ou, enfin, de larges bandes de couleur soulignent ou contrarient la forme. Ses plats portent souvent un visage stylisé ou un poisson à peine identifiable tellement simplifié, mais révèlent une belle expression picturale.

Dans les débuts de l’atelier, c’est son mari qui tourne les pièces, et ce jusqu’en 1954, date à laquelle Klaus Schultze le remplace jusqu’en 1956. Après 1958, Michel Lanos sera le tourneur principal de l’atelier pendant une dizaine d’années.

De 1956 à 1985, le couple crée une ligne de mobilier vendu dans leurs magasins : Les quatre saisons

En 1958, Mado Jolain et sa famille s’installent sur les bords de la Marne, à Champigny, dans l’est de Paris. Apparaissent des cache-pots ajourés, des tabourets cylindriques et surtout des fleurs stylisées décoratives. C’est en 1970 que le couple se sépare et que Mado Jolain arrête sa production de céramiques. Elle part pour Avignon et ouvre un magasin des quatre saisons, puis un autre à Aix-en-Provence.

Nombreuses expositions particulières et en groupe.

 

Retour sur les artistes

  • Par période: Les années 50
  • Par ordre alphabétique: J
  • Par lieu: Paris