Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les Étrusques (900 à 264 av JC)

Les étrusques forment un peuple qui a vécu dans le centre de la péninsule italienne depuis le X° s.  jusqu’à la prise par les Romains de Velzna en 264 av JC.

Les vestiges de céramique étrusque nous sont principalement parvenus par les chambres funéraires mises au jour. La plus grande partie est constituée de poteries décorées, destinées à accompagner le défunt dans l’au-delà. Quelques objets particuliers, comme les canopes de Chiusi, montrent leur maîtrise dans la représentation de la figure humaine et la liberté de déformation des corps à des fins d’expressivité suivant les principes de l’esthétique étrusque.

La céramique était largement utilisée par les Étrusques dans les usages domestiques mais également pour les décorations des toits, (acrotères* et antéfixes*), et même pour les sarcophages figurés (sarcophage des Époux). Quelques objets votifs en terre cuite ont également été retrouvés.

Civilisation romaine (753 av JC - 476 ap JC)

La céramique sigillée est une céramique fine destinée au service à table caractéristique de l’Antiquité romaine. Elle se caractérise par un vernis

Enduit mince, transparent, souvent très plombifère et très fusible, posé sur les terres argileuses et qui les imperméabilise à la cuisson…. More rouge grésé cuit en atmosphère oxydante, plus ou moins clair, et par des décors en relief, moulés, imprimés ou rapportés. Certaines pièces portent des estampilles d’où elle tire son nom, sigillée venant de sigillum, le sceau.

La céramique à reliefs moulés et à engobe rouge était pratiquée depuis des siècles dans le monde hellénistique, mais elle était mate. C’est en Toscane, à Arezzo au premier siècle avant notre ère que l’engobe allait devenir un vernis

Enduit mince, transparent, souvent très plombifère et très fusible, posé sur les terres argileuses et qui les imperméabilise à la cuisson…. More rouge luisant et que cette production eut un grand succès et rayonna dans tout l’empire latin.

Ce type de poterie rencontra un très grand succès dans le monde méditerranéen à partir du règne d’Auguste. Plusieurs grands centres de production sont connus et il est possible d’en retracer l’histoire, en particulier celle de leur déplacement vers les provinces romaines en liaison avec la mobilité des nombreux commerçants italiens et des légionnaires romains.

L'introduction de la production en Gaule

Les conquêtes de César, puis l’organisation augustéenne des provinces a déplacé le centre de gravité de l’occident romain vers le nord. La présence, au tournant de notre ère, de très nombreuses légions au nord de la Gaule sur le Rhin a entraîné l’émergence rapide d’un important marché de biens de consommation par les romains dans ces régions.

La Graufesenque:

Il s’agit d’un des ateliers les plus célèbres et les mieux étudiés. Il se situe en France dans l’Aveyron près de Millau. La diffusion de sa production fut exceptionnellement étendue et se retrouve dans tout l’occident romain, mais aussi dans la Germanie libre ainsi qu’en Grèce, en Syrie, en Égypte et sur les côtes de la mer Noire. La Graufesenque fut le centre de production le plus important du I° siècle. Des aménagements considérables permettaient une production en quantités énormes : on a ainsi retrouvé une structure de plus de onze mètres de long, identifiée à un four qui fut en service de 80 à 120 ap JC environ.